lundi 9 avril 2007

week end by Persephone

Je suis globalement un être détestable, c'est pourquoi cette nuit, au lieu de songer aux destinées de l'Empire d'Alexandre ou de conjuguer des verbes latins, je me déhanchais en K-fêt.

Qu'est-ce-que la K-fêt? t'écris-tu épouvantée (ou pas. Peut-être lis-tu ce mail cernée d'une tonne de vieux pneux, peut-être mâchouilles-tu un kiwi pour ton dessert; bref, peut-être que tu t'en fous).

La K-fêt, c'est le haut lieu des débauches nocturnes de l'ENS. Rien à voir avec le RU Port-Royal où les matheux exposent leurs mollets velus. En K-fêt les murs dégoulinent d'uns sueur malsaine, celle du vice, de la bière, de l'angoisse de la nuit qui ne s'achèvera jamais, bref tu vois ce que je veux dire.

Que traînais-je dans cet antre putride?

C'est que j'avais décidé d'organiser, pour mes amis khâgneux (j'en ai encore: un confort moral extraordinaire), une petite sauterie de fin de concours blanc. Je pensais ramener tout le monde chez moi autour d'un pot de Nutella.

MAIS
1/ ma colloc voulait pas

2/ Mr X, l'être le plus récurrent du monde, s'est empressé d'apprendre la nouvelle, de la répandre, et de s'inviter, le tout sur Internet. Dieu merci! j'en ai été informée et j'ai pu contrer la menace.

J'ai donc délocalisé, avec l'espoir secret que Mr Dingos complètement naze viendrait se casser le nez à ma porte dans l'intervalle.

J'avais appris que l'Ecole était pourvue d'une sorte de lieu souterrain où les
matheux s'assemblaient pour célébrer leurs rites secrets. Pourquoi ne pas nous y transporter?

J'appréciais le côté discret - passées 21h, la porte de l'Ecole ne s'ouvre plus que par une carte magnétique dont MOI SEULE suis pourvue.

Donc bière partout, hommes dépoitraillés, surabondance de gays.

J'ai cru un moment à une mise en scène idiote:
deux types
1/ un ancien khûbe de ma classe, qui, je le reconnais, se ramenait en cours de latin
serré dans son treillis ou dans des T-shirts à motifs de fraises
2/ un agrégé (de maths) qui a causé dans Libé, un jour, à je ne sais trop quel sujet.
Eh bien ces deux-là sont ensemble. Je ne sais comment ils ont réussi cette caricature.

Pour moi j'ai sauté sur un matheux lindy-hoppeur. Nous avons lindy-hoppé (enfin, en esprit) sur de l'électro.

Intéressant et novateur.

Je crois que je vais prendre une ou deux heures de sommeil... C'est que j'avais cours aujourd'hui, et plus que cours, un foutu DS de cartographie byzantine;
on comprendra que je me sois levée tôt.
Et ce soir je célèbre le retour d'une amie russe à St Pétersbourg; j'espère ne pas déraper sur les blinis au sortir de sa chambre... (ah ah ah ah).



Perséphone herself

2 commentaires:

vg a dit…

je continue à être fan de la prose de perséphone!

Anonyme a dit…

c'est cruel pour ta colloc', qui a du accueillir Mr dingo le naze...

Sylv