jeudi 18 octobre 2007

ma vie, mes odeurs

l'autre jour, puisque je ne fais pas des etudes pour rien, on s'est dit que tiens : on va aller visiter une station d'épuration

chose faite

chose visitée

chose sentie

glurps




voyons voyons

Arrivée : coincés à 5 dans une p'tite auto, conduite à fond par une nana de 1m55 qui m'a avoué très bien savoir manier une tronçonneuse pour élaguer un arbre genre château de Versailles

elle déboule dans la station d'épuration, tourne autour du principal bassin à 50 km/h, pour ressortir illico se garer près du pré aux vaches

...

"bah oui", qu'elle dit, "ça pue moins"

...

"effectivement", que je me dis, essayant de garder mon estomac sous contrôle


le temps que je referme la portière et que je me retourne vers la station ,voilà-t-il pas qu'une gigantesque flamme surgit, pour s'eteindre aussitôt

(c'est le méthane issu de la fermentation des boues, apprendrai-je plus tard, qu'on brûle pour cause que pas de bonne qualité pour le vendre)



bon, cette station traite les eaux de quelques milliers de bipèdes et aussi de 2 industries

la première fabrique de la choucroute


l'autre ... des rillettes



je vous laisse imaginer... mon estomac a fait un saut perilleux, cette fois

5 commentaires:

lilousse a dit…

pouah ça puire !!

Dodinette a dit…

ah non mais là, c'est vraiment dégueu.

remarque, notre usine à nous là où je kravaille, ya des matins quand ils nettoient les cuves, c'est un vrai bonheur olfactif, limite on se jetterait sur le pot d'échappement du vieux tacot du collègue en train de se garer.

vg a dit…

après le saut perilleux de ton estomac, t'es-tu bien receptionnée ?

Anonyme a dit…

mais moins toxique que les rejets des incinérateurs ...


Syl

Anonyme a dit…

Vous ne savez pas apprécier nos bonnes odeurs.il faut savoir assumer ce que l'on produit.non mais...
HTR