mercredi 7 mars 2007

hommes et alligators

Je sors d'un cours de toxicologie.
Nous avons eu droit à un exposé exaustif sur tout ce qui existe dans l'environnement, tout près à causer l'extinction de l'espèce humaine.



Une des premières observation de l'effet des produits synthétiques néfastes sur l'environnement fut observée sur les alligator du lac Apopka en Floride, dans les années 80.
On constatait une diminution de la population.
Et on a finit par trouver pourquoi.

Oserai-je vous le dire ... ?

Ces messieurs les alligators avaient un petit problème...euh...
D'abord imaginez l'équipe de scientifiques qui a du prouver cela... :

les mâles n'avaient plus que des "micro-pénis"...,
ce qui entrave sérieusement le succès de la reproduction, vous voudrez bien l'admettre.

Et ceci à cause d'un bidon de pesticide qui s'était accidentellement renversé 10 plus tôt dans le lac, et qui inhibait la production de testostérone chez nos sémillants sauriens.


Bon.
On trouve aussi des cas de surimposition des deux sexes chez les bulots de la mer du Nord, de féminisation des mâles chez les flets de la Seine, de virilisation des femelles, d'explosion du nombre de cancers, etc...



OK.
Bon : que faisons-nous ? Que pouvons-nous faire pour nous protéger, nous et les flets (poissons plats) ?

Manger bio ça suffirait pour éviter les pesticides et autres non moins plaisants personnages ?


Ben non.

Même pas.

Explication.

Nos amis les japonais sont grands consommateurs de soja.
Le soja contient beaucoup de phyto-oestrogènes.
Cet oestrogène, assimilé en quantité dans l'organisme humain, inhibe tout un tas de circuits hormonaux chez la femme, mais surtout chez l'homme, en réduisant drastiquement sa production de spermatozoïdes.

Pareil dans la bière.
Pareil dans vos huiles essentielles, pareil dans les tisanes de thym-romarin-épicéa ...
Pareil dans la pilule contraceptive :

et dans ce dernier cas c'est plus problématique puisqu'on retrouve, depuis les années 70, des concentrations de plus en plus élevées d'oestrogènes dans les milieux aquatiques, perturbant les pitis poissons...!!
Et de nos jours, on ne sait pas comment détruire ses hormones dans les stations d'épuration (ça résiste à la chaleur, à l'acide, ...)


Mais rassurez-vous : évidemment tout est question de dose : vous sniffer à l'épicéa pour un rhume ne mettra pas votre "capital-reproduction" en jeu.






Si tout cela vous intéresse :
lisez le bouquin du professeur Belpomme (illustre médecin des hôpitaux de Paris)sur les effets de toutes ces substances chimiques ET naturelles sur la santé,

et

"Our stolen futur", de Théo Colborn, 1996, se penchant plus particulièrement et de façon rigoureusement scientifique sur la féminisation de la nature.


Il y a aussi un film ... blockbuster hollywoodien sorti l'hiver 2006, avec Clive Owen, mais je ne sais plus comment il s'appelle.

Bref : un sujet d'actualité, qui deviendra de plus en plus flagrant et menaçant dans la deuxième partie de notre XXIe siècle...nos enfants.


PS : c'est pas un post très rigolo dis donc...

4 commentaires:

zizule a dit…

Children of Men, le film

vg a dit…

j'ai entendu dire que dans le sud-ouest de la France, on constate, de nos jours, plus de naissances de bb à sexe pas clairement identifiable ! aucune idée d'où sort cette histoire, si elle est vraie ou pas. Ce serait lié à des pesticides dans les vignes... on ne vous en a pas parlé dans votre cours de toxico ?

lilousse a dit…

haaaaa, mais quelle horreur !! ya de quoi vous mettre le moral à zéro...

et nos téléphones portables n'arrangent pas les choses non plus avec leurs ondes...

bea a dit…

faîtes des mômes, qui disaient !