lundi 5 mars 2007

sociologie des bas-fonds urbains

Si d'aventure vous vous baladez innocemment dans les coins crasseux de votre ville,

vous ne pourrez manquer de remarquer une population bien originale :

quart-hommes, trois-quarts-chiens

Ces personnages, loins d'être agressifs, engueulent leurs partie "chien" pour qu'elle vous débarrasse votre chemin, quand ils ne leur parlent pas comme si elles étaient des téléphones portables.


Quelles sont les modes vestimentaires de ces intéressants énergumènes ?

Invariablement il leur faut produire le plus de bruit possible en marchant : plus ça "clip tac tigiling", mieux c'est.

Et puis l'incontournable assortiment de boudins chevelus, plantés sur un crâne par ailleurs approximativement rasé.

Et pour finir : plus "recyclée" paraît la laisse du chien, plus "in" c'est.




Finalement, à parler constamment à leurs clebs (le plus souvent très bien dressés, bien qu'un peu puants) et à être parfois d'une extrême prévenance avec le public, ils se révèlent beacoup moins envahissants que ce pôv' type qui te harcèle dans la rue en te hurlant : "J'VEUX T'FAIRE UN SLAM!!!"

1 commentaire:

lilousse a dit…

oui moi aussi je les aime bien ces jeunes avec leurs chiens, en général ils sont super gentils, relax et ils aiment parler.
le mieux c quand ils ont des chiots avec eux, ils se les trimballent dans les poches de leurs énormes manteaux : trop mimi ces petites têtes poilues qui regardent le monde en se balançant !!!